Page d'archive 3

Pototo !

Et voilà le manteau de soeurette, soeurette qui, à l’heure d’apprendre à parler, répétait joyeusement :

- ma mère : MA-MAN
- ma soeur : MA-MAN
- ma mère : TO-TO
- ma soeur : TO-TO
- ma mère : MAN-TEAU
- ma soeur : POTOTO !

On a des cassettes audios pour le prouver à ceux qui auraient encore des lecteurs de cassettes audios…

Et donc maintenant qu’elle est grande et qu’elle sait le dire, elle a le droit à un MAN-TEAU (Pototo !). Mon premier MAN-TEAU (Pototo !).

Pototo ! dans Couture manteau-chez-louise-3

manteau-chez-louise-4 asymétrique dans Couture

Autant ne rien vous cacher : j’en ai bavé. Et puis je ne sais pas où est passée Super-Louise ; je crois qu’elle hiberne. J’ai passé tellement de temps à coudre et à découdre que j’ai l’impression de l’avoir fait deux fois. J’ai brûlé une poche au fer aussi, c’est plus drôle tout de suite. Mais il lui va et il est beau le manteau (pototo !). Quelques détails :

manteau-chez-louise-2 laine

manteau-chez-louise-1 manteau

Il est fait en laine à chevron noire et blanche, d’une doublure satinée grise foncée à pois blancs (non, je ne suis pas mono-maniaque des pois) et, le petit détail qui tue : la dentelle au bord de la poche passepoilée (cor’une !!!! Colette va faire de moi une championne !).

Il est issu du modèle japonais « Y » dans l’Élégance du noir qui, comme vous pouvez le constater, est asymétrique, au col notamment.

Bien sûr il est court. D’ailleurs, on appelle ça une veste… mais vous n’auriez jamais connu l’histoire du manteau (pototo !).

Chouchouuuuuu

Chouchou l’était bien malheureuse. Et elle avait de quoi. Elle est née 6 jours après la sœur de la Louise. Du coup, la Louise, elle se donnait à fond pour l’anniversaire de sœurette et pis au moment de l’anniversaire de Chouchou, elle manquait d’énergie pour se lancer dans une nouvelle galère aventure…

Mais cette année, Chouchou s’était dit : je vais mettre le paquet. Et à l’anniversaire de sœurette, elle a transmis moultes félicitations à la Louise qui, très flattée, a pensé que vraiment, il était grand temps de rendre justice à la Chouchou et de lui faire profiter de ses grands admirables incroyables modestes talents.

Et v’là t’y pas (c’t'une expression bein d’chez nous ça !) que le Burda du mois de Novembre arrive à ce moment là. Et v’là t’y pas qu’il renferme un trésor : LA jupe de Chouchou ! Une jupe maxi, sans fioriture, sans volant, pas moulante : LA jupe de Chouchou (je répète au cas où il y en aurait au fonds qui se seraient endormis) !

Chouchouuuuuu dans Couture jupe-schulz-r

Bien sûr, j’ai attendu qu’il fasse bien nuit et qu’on n’y voie absolument plus rien pour faire des photos… Mais je crois qu’on arrive quand même – bon, il faut peut-être le savoir – à voir le pli de devant. Et là, c’est mieux ? :

jupe-schulz-r4 jupe dans Couture

 

Ou là ?

jupe-schulz-r2 laine

En tous cas, Chouchou était contente et ça lui fait un joli derrière (oui oui, ils ont été nombreux à le préciser !).

Comme vous le remarquerez, c’est très sobre : un drap de laine noir. Du coup, j’ai ajouté mon petit détail qui tue… mais je n’ai pas de photo correcte à montrer.

Pas de complication majeure en ce qui concerne la confection, à part que je pensais que le patron commençait, comme à mon habitude, à la taille 36 et que j’ai joyeusement commencé à découper la deuxième taille en pensant que c’était du 38. Mais c’était une taille au dessous. Heureusement, il n’était pas trop tard. Et aussi : mon thermocollant ne colle pas… allez savoir pourquoi (et ne me dites pas que c’est parce que je l’ai mis à l’envers parce que dans ce cas, ça collerait sur le fer), mais tout de suite, c’est plus compliqué.

À venir : le cadeau de la sœurette ! (Oui parce qu’il y en a qui se disent : elle n’en glande pas une, elle ne poste jamais rien ;  détrompez-vous : c’est ceux qui en parlent le moins qui en font le plus et je n’ai d’ailleurs rien à ajouter).

Loca loca loca

Hum… mon ordi a planté… alors que j’avais déjà écrit touuuuuuuuuuuut mon article.

ça m’éneeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerve.

Alors puisque c’est comme ça, voilà :

Loca loca loca dans Couture 112_technical_large-230x300

La robe de base du Patron Burda 07/12

Dernière-importation-4-1024x768 années folles dans Couture

La robe que j’ai faite pour la soirée anniversaire de l’autruche sur le thème des années folles.

Dernière-importation-6r bleue

Les perles que j’ai passé UNE soirée à enfiler patiemment sur leur fil.

Dernière-importation-7r chez Louise

Et mes fesses, comme d’hab.

Voilà. Il est ENCORE PLUS NUL COMME ça mon article.

Et toc.

Na.

Nanère.

Bien fait.

Voilà.

P.S. : si vous vous lancez : ça taille grand (une taille au dessus environ), la ceinture est un peu trop basse, les pinces du haut ne servent à rien, et vraiment, c’était dommage que je me sois rendu compte trop tard qu’il fallait couper les godets dans le biais. Sure que ç’aurait fait toute la différence…

 

Elle n’est pas à toi cette robe…

Elle est à rayure !

Elle n'est pas à toi cette robe... dans Couture Rayures-e1345052791248-225x300

Voilà !

Bref, j’ai des tissus dans ma cave

Bref.

Mon mec était ravi au début de ma nouvelle passion pour la couture. Il se disait qu’il m’aurait moins sur le dos, que ça allait m’épanouir, me rendre encore plus créative, et surtout que j’avais lui faire de beaux vêtements.

Il a commencé à me ramener des tissus. De beaux tissus. Pour les plus beaux, il disait : »tu pourrais me faire un beau gilet avec ce tissu ».

Bref, j'ai des tissus dans ma cave dans Couture P1040852

Du coup, je n’osais rien faire de ses tissus et j’en achetais des tout pourris pour me faire des vêtements… tout pourris.

Robe-rose-satin%C3%A9e dans Couture

Évidemment, à force de me ramener des tissus, ça s’amoncelait.

p1000419

Et j’en rajoutais une couche avec ma mercerie.

P1030618

Un jour, mon mec a pété les plombs. Il a dit : « je ne veux plus voir un bout de tissu qui dépasse !!! ». J’ai dit : « je ne veux plus voir un livre qui dépasse ». Il n’a plus rien dit.

Mais quand même, il fallait faire quelque chose. Trouver de l’espace. Quelque part. N’importe où mais de l’espace.

Alors j’ai fait un double des clés de la cave.

P1050977

j’ai acheté des portants chez … (*espace à louer*), mis mes tissus dessus.

P1050979

Mais ça ne suffisait pas. Mon salon vomissait des tissus.

P1050985

Mes portants menaçaient de se casser la gueule.

Alors j’ai récupéré des étagères et je les ai mises dans la cave.

P1050982

Et j’ai mis une bâche par dessus pour pas que ça prenne trop la poussière.P1050981

Il me reste même de la place pour ajouter de nouveaux tissus.

Évidemment, je ne descends jamais à la cave : il y fait froid et humide, c’est sombre, les portes font un bruit effroyable. Une cave, quoi.

Bref, j’ai des tissus dans ma cave.

 

 

 

La Louise en vacances

Pfffiouuuu, les vacances… les vraies vacances, le farniente, la liberté et tout ça loiiiiiiin loiiiiiiiiin de la machine à coudre.
Les vacances, c’est un peu cruel. *Cruel ? Jamais contente, va !*
Oui mais voyez ma peine : c’est en vacances qu’on a du temps. En vacances qu’on a des envies. En vacances qu’on a des idées. En vacances qu’on fait des projets. Bref, en vacances qu’on a tout pour avancer toujours plus loin plus haut plus vite au-delà de l’extrême limiiiiite.
Mais c’est en vacances qu’on est loin de sa machine à coudre, de ses rubans, de ses fils, de ses crochets, de ses aiguilles. Parce que non, on ne peut pas amener sa maison ; parce que non, on ne peut pas prévoir ce qu’on aura envie de faire, et parce que oui, il manquera toujours quelque chose.
Bref : tout ce va-et-vient quasi permanent d’idées, toute cette énergie qui nous anime, on se demande à quoi l’employer quand il n’est plus l’heure de plouf-ploufer dans les vaguelettes de la Manche (ohhhh ! La Manche ! Mais la manche ballon ? la manche papillon ? La manche raglan ?).

Cette année, la Louise a acheté un bloc de feuilles blanches (comme chaque année) et écrit tout ce qui lui passe par la tête (comme chaque année sauf que les années précédentes, les vacances étaient moins farniente et elle avait moins d’idées). Et elle est frustrée de ne pas pouvoir les mettre à exécution ses idées dès maintenant et de se dire que jamais elle n’aura le temps, une fois rentrée, de tout faire.

La Louise en vacances dans Crochet Photo-192

Tout de même, à défaut de machine à coudre, j’ai amené du tricot (j’ai au moins fait trois rangs dans le train). C’est un tricot que j’ai commencé en avril pour un défi qui se terminait fin juin. Voilà. L’histoire de la Louise et de ses tricots.
Photo-205 dans Tricot
J’ai également amené de quoi faire du crochet. Avec TOUTES les tailles de crochet mais uniquement des fils fins (et puis quoi ? Si jamais je trouve un lot de pelotes incroyables et que c’est du 7, j’aurais été maligne).
Donc moi et mon plus fin crochet (c’est vraiment du fil très fin), on s’est demandé ce qu’on pourrait faire ensemble. Moi évidemment, je lui ai proposé plein de choses, mais lui, il essaie et se lasse très vite.
J’ai commencé par lui dire : et si on faisait pleeeeein de petits carrés et qu’on les mettait ensemble pour en faire quelque-chose-mais-je-ne-sais-pas-quoi-encore (Ah ! J’adore ça, faire quelque-chose-mais-je-ne-sais-pas-quoi-encore ; par exemple, j’ai ramassé pleeeeein de coquillages sur la plage parce qu’ils étaient beaux en me disant que j’en ferai bien quelque-chose-mais-je-ne-sais-pas-quoi-encore).

Photo-168

Photo-169

Et donc on a fait un carré :
Photo-202

C’est tout.

Après je lui ai dit : tu sais, toute l’année j’ai rêvé de faire une guirlande de cœurs au crochet reliés par une chaînette blanche. Quelque chose de très fin, d’élégant et de romantique (tout moi quoi).
Alors on a fait des cœurs.
Photo-207

On a fait trois coeurs. C’est mieux. Notez que mon crochet est dans une phase « plus c’est petit, plus c’est mignon » et que ses investigations le mènent loin, tel Gulliver chez les Lilliputiens. Notez également que je n’ai pas d’aiguille pour rentrer les fils. Oubliée.

Quand tout à coup, mon crochet a rencontré un paquet de boules de Noël en polystyrène. De l’autre bout du magasin, on l’a entendu crier : «JE VEUUUUUUUUUX» alors que, tout de même : ça n’est pas la saison ! Voyant qu’il filait un mauvais coton, j’ai plié.
Le succès n’a pas été au rendez-vous du premier coup – il s’est même transformé en aumônière, évidemment pas terminée puisque je n’ai toujours pas mes rubans.

Photo-211

Elle a un fond violet et le tour est fait en point Judith. ça peut aussi faire office de pot à crayons.
La deuxième fois était la bonne, avec six mois d’avance – sans commentaire.

Photo-221

Les mots fléchés et les lunettes, c’est pour vous faire croire que je suis une intello, même pendant les vacances.

Le lecteur s’attendra alors à ce que mon crochet et moi terminassions enfin la fameuse guirlande de cœurs. Nenni ! Le crochet a soudain eu un autre projet en tête, du même genre d’ailleurs, que je ne peux pas révéler tant qu’il n’est pas fini mais qui avance bien, contrairement à ce qu’on pourrait croire de cette feignasse de crochet.

En tous cas, vivement Noël !

Petite précision post-scriptem (post-scriptus, post-scriptem, prost-scriptorum) : la plateforme qui héberge mon blog fait encore des dégâts et soit je ne vois pas ce que j’écris, soit il n’y a pas de mise en forme. Il faudra que je rectifie quelques trucs quand ça voudra bien fonctionner à nouveau – gniiiiiiiiiiiiiiiiiIIIIIIIIIIIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

C’est pas LA loose, c’est LE loose

Oh il est facile ce titre.

Pour la petite histoire, un soir que j’étais dans le métro avec collègue-branché-comme-il-faut, je me rends compte de ceci : toutes les filles autour de moi ont le même haut. Je me surprends, m’enquière auprès de collègue-branché-comme-il-faut : c’est la tendance de l’été le tee-shirt ou débardeur en jersey fin avec une espèce de col bénitier ? Collègue-branché-comme-il-faut reste coi.

Thread & Needles m’apportera la réponse : c’est LE loose, le t-shirt de l’été. Et figurez-vous qu’il y a un patron dans le Burda de mai…

Récemment, en passant dans ma cave, j’ai trouvé un jersey parfait pour un premier loose – à vrai dire, il n’est pas fantastique, mais c’est histoire de ne pas prendre de risque.

C'est pas LA loose, c'est LE loose dans Couture t-shirt-loose-2-300x225t-shirt-loose-3-300x225 dans Couture

t-shirt-loose

Ah oui ! Pour ceux qui l’apprendraient : oui, j’ai un stock de tissu dans ma cave. ça débordait de partout, il a bien fallu faire quelque chose. Après, c’est pas évident de trouver la motivation nécessaire à descendre pour aller chercher un bout de tissu, surtout l’hiver, mais bon…

Petit bonus : une photo de collègue-branché-comme-il-faut ! Youhou !

Photo-136

Le top WOW

J’avais deux morceaux de ce type de tissu dont je raffole : de la charmeuse. Un noir sur fond beige, l’autre bleu sur fond beige. Le genre de bout de tissu pas assez grand pour faire un vêtement.

J’avais un morceau de ce type de tissu dont je raffole : de la dentelle. De la dentelle noire ou de la blanche. J’ai choisi la noire.

J’ai cousu mes rectangles, c’était un peu trop large. J’ai fait un pli devant.

J’ai voulu mettre un élastique pour ourler le haut et j’ai pensé : mauvaise idée, ça va se voir, ça va faire moche.

Je suis allée dans une mercerie pour acheter du biais noir stretch. Elle n’en avait pas. Je suis allée dans une autre mercerie. Elle en avait.

J’ai posé le biais ; j’avais déjà ourlé le bas.

C’était fini, déjà !

Charmeuse + dentelle, ça donne ça un top wow :

Le top WOW dans Couture top-wow-300x225

top-wow-3-300x225 dans Couture

top-wow-2-300x225

Madame Girafe

Lui : Approchez Mesdames et Messieurs ! Approchez ! Plus près encore ! Vous ne rêvez pas, c’est bien Madame Girafe que voilà ! Elle a mis sa plus belle parure rouge étoilée pour vous Mesdames et Messieurs !

Applaudissez-là ! Elle est belle ! Elle est fière ! Elle est magique !

Réservez-lui un tonnerre d’applaudissement…

Roulement de tambour… Tadaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaam !

Madame Girafe  dans Couture Madame-Girafe

Lui : Madame Girafe, dites bonjour au Public !

Madame Girafe : Bonjour Public ! Et merci pour vous chaleureux applaudissements, ils me vont droit au cœur.

Lui : Et c’est pas tout ! Madame Girafe a apporté… Qu’est-ce qu’elle a apporté Madame Girafe ?

Madame Girafe : J’ai apporté… j’ai apporté…

Lui : oh ! C’est trop de suspens Madame Girafe, on n’y tient plus !

Madame Girafe : Eh bien ! J’ai apporté le bavoir de Girafon !

Lui : Le bavoir de Girafon ! Si c’est pas mignon tout plein ! Un bavoir à l’effigie de sa maman !

Madame Girafe : Oui ! Et c’est moi qui l’ai fait. Comme vous verrez, je me suis appliquée*!

Bavoir-Madame-Girafe-291x300 dans Couture

Lui : Eh bien bravo Madame Girafe ! J’espère qu’on vous verra de nouveau par chez nous !

Madame Girafe : Merci, merci, merci beaucoup !

Lui : il n’en est rien comparé au vôtre **!

 

* ouarf ouarf, le jeu de mot de la couturière !

** Oh mais quel talent, on dirait du Alphonse Allais !

*** (qui ne renvoie à rien, ne cherchez pas) tissu étoilé Linnamorata, intérieur de Madame Girafe en mousse, tissu éponge du Marché Saint Pierre, et j’ai fait le biais moi-même sans la machine à faire le biais (et j’ai pensé : « la prochaine fois que je vais à la mercerie, j’achète une machine à biais »). Le patron du bavoir est de Violette paquerette et celui de la Girafe est de Craftin’it.

 

On voit que c’est la fin de l’année !

Louise était quelque peu rétive à l’idée de faire un pantalon : trop compliqué, trop long.

Super-Louise en avait vu quelques-uns dans les Burda et se disait : » un jour, j’aiderai Louise à faire un pantalon. En voilà un nouveau défi ! »

Un jour qu’elle rentrait de loin et qu’elle ne savait pas trop quel nouveau projet apporter en cours de couture, Louise décida de faire un pantalon. Celui du Burda d’avril, de la série des belles italiennes : un pantalon à pont ! Un pantalon qui taille très haut pour qu’elle soit obligée de rentrer le ventre (rien qu’à y penser, son bide ennnnnnnnnfle et ennnnnnnnnfle). Un pantalon noir dans un tissu fluide… mais en laine (Louise sait que l’été sera rude sur la côte normande).

Louise a fait une toile qui n’a servi à rien puisqu’elle ne l’a même pas cousu jusqu’au bout. C’est du Louise tout craché ça ! Et au moment de l’essayage, Super-Louise a bien ri quand Louise lui a dit que c’était un peu serré…

Louise a ajouté deux boutons de pression en haut au milieu parce que sinon, le pont se baissait et laissait voir la fermeture éclair (beuuuuh !)

Super-Louise a réussi sa mission, et Louise est contente du résultat :

On voit que c'est la fin de l'année ! dans Couture Pantalon-noir-Louise-2

Pantalon-noir-r%C3%A9duit dans Couture

Attention les yeux :

Pantalon-noir-Louise

Et surtout : la première poche passepoilée !

Pantalon-noir-r%C3%A9duit-Louise-2-300x225

Quand même ! Louise aura bien progressé cette année ! On lui donne les encouragements ?

12345...11


Les Joyeux Gaulois de Gisors |
chloete27 |
Centre les Mouettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fousdemanga
| rosy
| cinemodeles-créations