• Accueil
  • > Recherche : louise couture blog

Résultats de la recherche pour ' louise couture blog '

La robe Harmonie

Il est de ces jours où l’on se doit s’être habillé du mieux qu’on peut. Voire que l’on se doit d’épater un peu la galerie. Ces jours-là, j’ai définitivement du mal à trouver LE truc à me mettre.

« Qu’à cela ne tienne ! Susurra Super Louise à mon oreille. On va te le faire LE truc à te mettre ! »

Quand Super Louise dit ça, on se dit que ça ne peut que bien finir. Mais on a quand même la peur au ventre.

Ça commençait mal : je n’avais plus de papier à patron. Alors Super Louise est allée fouiller dans les existants… et elle s’est souvenu de ÇA : La robe Harmonie dans Couture Robe-rose-satinée

La robe du Burda de novembre 2011 ! Moi, j’aime beaucoup son sens de l’humour à Super Louise. « Mais si mais si ! qu’elle ajoute, Colette a dit : avec une viscose, un tissu lourd, ça devrait fonctionner ». Alors on a cherché un tissu lourd. On en a trouvé un violet. J’aime bien le violet, ça change. Super Louise aussi, ça change.

Comme Super Louise était dans le coin, ça ne pouvait pas s’arrêter là. Il fallait qu’elle ajoute sa touche personnelle. Le petit truc qui fait que les copines diront « c’est toi qui l’as faite ? » parce que oui, c’est tout moi, voilà. Et nous avons trouvé.

Alors patiemment, nous avons coupé, cousu, surjeté, décousu les surjets, décousu les coutures, recousu, décousu, recousu, décousu un peu le bord parce que ça a pris deux couches de tissu nom de…, recousu, surjeté à nouveau, fait quelques points invisibles, oublié d’entoiler la parementure d’encolure, fait quelques coutures au fil noir pour s’apercevoir que, vraiment, ça n’allait pas, trouvé un reste de bout de fil violet, expérimenté une nouvelle technique d’emmanchure (ma… come si chiama questo…). Et voilà :

robe-violette-chez-louise1 dans Couture

Oh je kiffe ! De plus près ?

robe-violette-chez-louise-2

Encore plus près ?

robe-violette-chez-louise-decollete

Ah bon ! C’est trop près !

robe-violette-chez-louise-dos

Alors oui, tout en haut, au lieu de faire des plis, j’ai fait des pinces… (on ne voit pas bien mais on imagine)robe-violette-chez-louise-dos-details-2Et le petit détail : l’ourlet invisible (dit « ourlet à la Super Louise », parce que l’ourlet à la Louise, c’est plutôt : je surjette un gros coups, je replie en deux et je couds).

robe-violette-chez-louise-ourlet

Comme cette robe avait pour objet cette fameuse soirée où-il-faut-être-parfaite et que cette soirée avait lieu le 30 mai, j’ai décidé de la baptisé du nom de la sainte du jour mais voilà tout le problème : j’hésite entre deux, Jeanne et Harmonie. Je propose un vote à main levé. Que celui qui lève la main me laisse un commentaire. Que celui qui ne la lève pas me laisse un commentaire. Que celui qui s’abstient aussi parce que c’est chouette les commentaires… :) Si vous pouviez indiquer dans le commentaire pour quoi vous levez la main, c’est mieux, mais l’important, c’est de participer !

—-

 

Épilogue : suite à la flagrante préférence pour Harmonie, cette robe s’appelle… Harmonie !

La chemise d’Artagnan

Voilà toute l’histoire, et elle est longue à raconter : un jour que mon homme devait partir, il me demanda d’attendre à la maison son père qui avait prévu de passer en attendant un rendez-vous avec… je ne me souviens plus bien… peut-être un charpentier ou un plombier ou encore un architecte.

Son père arrive. Je l’accueille avec un café et lui montre une de mes dernières fiertés, mon manteau aux couleurs écarlates. Comme à son habitude – tel père tel fils – il regarde attentivement, sans sourciller, sans montrer la moindre once de quoi que ce soit (et par « quoi que ce soit », j’entends bien sûr un doux étonnement). Certainement, c’est à ce moment qu’il me dit : « mais ! Il n’y a pas de boutons » et moi de lui expliquer qu’effectivement, mais je n’ai pas, pour l’heure, de boutons qui me convainquent. Et puis – mais je ne lui dis pas – les boutonnières me font peur. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer.

Puis il me parle du gilet constructivo-futuriste. Il me demande comment je l’ai fait. Je lui réponds que je suis partie d’un gilet que l’homme avait, que ça m’a permis d’avoir les mesures, et qu’ensuite j’ai modifié le patron de base. Alors, sournoisement (mais je ne savais pas encore que ça l’était), il demande : « ça veut dire que vous pouvez reproduire n’importe quoi à partir d’un vêtement existant ». Et moi, toute fière, je réponds : « oui, c’est à peu près ça ».

Que n’avais-je pas dit ! Trois jours après, mon homme me ramenait une chemise ancienne, type Trois Mousquetaires : « tiens ! Mon père voudrait que tu lui refasses la même ». Et là, je comprends la hauteur du désastre : double poignets, double-col, petits plis, liens, boutonnière pleine de bouton : rien ne m’était épargné. Moi qui aime les top minutes, j’étais servie, il fallait que je fasse une chemise à la d’Artagnan.

J’ai tenté de gagner du temps : « dis à ton père que je n’ai pas le bon tissu ». La semaine suivante, on me faisait porter un grand drap blanc, exactement ce qu’il fallait. Je capitulais en planchant sur le patron. On était alors en février et mon beau-père avait précisé : ce n’est pas pressé. Heureusement…

Le projet a avancé doucement. D’autant plus doucement qu’alors qu’il était presque fini… évidemment… j’avais fendu la manche gauche devant, au lieu de la fendre derrière. J’ai dû toute la refaire : petits plis, biais, poignet 1, poignet 2…

Mais voilà : c’est fini ! FINI ! FINI ! FINI ! FINI !

Ouf !

La chemise d'Artagnan dans Couture chemise-dartagnan-chez-louise

chemise-dartagnan-chez-louise-boutonniere dans Couture

chemise-dartagnan-chez-louise-col

chemise-dartagnan-chez-louise-coutures

chemise-dartagnan-chez-louise-poignets

Votez pour mouaaaaaaa

Louise présidente, c’est 50% sur toutes les merceries de France et de Navarre ! C’est la reprise de l’industrie textile française pour la confection des plus belles étoffes : soie, satin, velours de pourpre et d’or ! C’est la Fashion week toutes les weeks ! C’est la gratuité au musée de la mode et du design ! Et des mesures fiscales incitatives incommensurables sur les formations couture !

Voter Louise, c’est voter pour la création au service de l’homme !

*heu… en fait… je me disais que ça me ferait le plus grand bien un petit week-end en thalasso à Saint-Malo et justement Marie-Claire propose  un concours de blog créatif où on peut en gagner un. Alors… à votre bon cœur mesdames et messieurs… c’est par ici :

Votez pour mouaaaaaaa dans Couture marieclaire

http://www.marieclaireidees.com/sap/blogcreatif2013/entrant/122664

Elle est revenue !

Aujourd’hui je viens vous annoncer une grande nouvelle : Super Louise est revenue (on ne s’en doutait pas…).

Elle m’a expliqué pourquoi :

- premièrement, elle a vu que j’étais tombée malade ce week-end au point de ne pouvoir aller à mon cours de couture, et elle s’est dit : c’est grave. Et en effet, je n’ai pas pour habitude de tomber malade le samedi matin. Je préfère généralement attendre l’après-midi. Ou les vacances…

- deuxièmement, elle a su que je partais au Brésil.

SL : « Au Brésil ! Branle-bas de combat ! Bah oui cocotte, tu voulais faire des jupes en laine, il va falloir changer tes plans et te magner parce que t’as à peine un mois ! ».

L : « Oui Super Louise, tu as raison. En même temps, j’en ai des jupes et des robes d’été. »

SL : « Tes jupes périmé de 10 ans ? T’as craqué ? Tu vas au Brésil ! »

L : « hof ! Tu sais, je m’en fiche moi d’être démodée, et puis  je pars bosser ; je ne vais pas me faire des tailleurs d’été ! »

SL :  » Bah si ! Justement ! Des ensembles tout frais ! ‘Reusement que je suis de retour moi, sinon tu serais toujours à tes jupes en laine ! Bon allez, sors-moi du tissu léger, on va commencer par un truc facile, pour que tu te remettes dans le bain »

Ahlala vraiment, elle est chouette Super Louise, j’aimerais bien qu’elle soit là tout le temps. Je lui ai fait remarquer qu’elle décidait de finir d’hiberner au moment où Paris neigeait ; elle a répondu que trêve de sarcasme ou je rentre me coucher… Noooooon, pitiééééé !

On a fait un cocottop-minute ! pshhhhhhhhhhhhhhh (ça c’est le bruit auquel on pense quand on dit cocottop-minute avec Super-Louise, le bruit du bouchon qu’on enlève). Et on l’a fini ! Oui oui ! Je pourrais même le mettre demain… je vais le mettre demain (ceci n’est pas une pub pour des cours à domicile qui favorisent la confiance en soi) ! Le voilà :Elle est revenue ! dans Couture top-loose-chez-louise2

top-loose-chez-louise Burda dans Couture

C’est le top loose du Burda de mai 2012 dont vous pouvez voir un autre exemplaire ici. Fait dans du jersey fleuri à ton orangé vieille France-tapisserie de grand-mère (oui, j’assume, il est très joli et très léger) en une bonne heure puisque j’avais déjà le patron. Et je n’ai même pas commis de boulette ! Rien ! Vivement le prochain projet !

 

Le goût des choses simples (ceci n’est pas une pub pour du jambon)

Puisque Super Louise a décidé de rejoindre des contrées plus clémentes (cf l’article précédent, pour le Cocottop-minute*, il faudra repasser) le temps qu’à Paris le climat s’apaise (ceci n’a pas de portée politique), Louise fait des choses simples.

Jugez-en plutôt par vous-même (ceci n’a pas d’implication juridique) :

Le goût des choses simples (ceci n'est pas une pub pour du jambon) dans Couture pochette-tulle-bleu-chez-louiser-300x225pochette-tulle-rouge-chez-louiser-300x225 dans Couture

Des trousses ! Des trousses ! Deux bouts de tissus, une fermeture éclair et le tour est joué ! C’est du Louise tout craché ! Et les colliers assortis, c’est d’un cliché ! Allez Louise, ressaisis-toi ! Du nerf !

Groumpf… oui mais je suis toute fatiguée moi… et puis j’aime bien faire des choses simples, des fois, des choses qui ne demandent aucune réflexion, aucun « mais… si je couds là… est-ce qu’après je pourrai mettre la dentelle ? », ni de « Oh non ! J’ai oublié que je n’avais pas de thermocollant ». Des choses automatiques. Des choses qui font prendre conscience que, tout de même, on a avancé depuis ses tout premier débuts où on se trompait de sens du tissu et où même la confection d’une trousse était un saut d’obstacles.

Des choses simples qu’on remet à demain, aussi, par exemple d’ourler à la main les pouces de ces jolies mitaines :

mitaines-chez-louise-2

Cela n’a l’air de rien mais il y avait bien deux mois qu’elles traînaient sur ma mini-table de machine à coudre ! Bon, allez, je me remets à ma couture ; je suis en train de reprendre le haut de cette robe, il n’est pas top (ceci n’est pas un jeu de mot. Ah si !) :

P1050571réduit-300x225

 

*Ce bon mot nous vient d’Aliénor de Lérette, la grande gagnante de notre concours, qui ne manquera pas de nous lire !

Bref, j’ai des tissus dans ma cave

Bref.

Mon mec était ravi au début de ma nouvelle passion pour la couture. Il se disait qu’il m’aurait moins sur le dos, que ça allait m’épanouir, me rendre encore plus créative, et surtout que j’avais lui faire de beaux vêtements.

Il a commencé à me ramener des tissus. De beaux tissus. Pour les plus beaux, il disait : »tu pourrais me faire un beau gilet avec ce tissu ».

Bref, j'ai des tissus dans ma cave dans Couture P1040852

Du coup, je n’osais rien faire de ses tissus et j’en achetais des tout pourris pour me faire des vêtements… tout pourris.

Robe-rose-satin%C3%A9e dans Couture

Évidemment, à force de me ramener des tissus, ça s’amoncelait.

p1000419

Et j’en rajoutais une couche avec ma mercerie.

P1030618

Un jour, mon mec a pété les plombs. Il a dit : « je ne veux plus voir un bout de tissu qui dépasse !!! ». J’ai dit : « je ne veux plus voir un livre qui dépasse ». Il n’a plus rien dit.

Mais quand même, il fallait faire quelque chose. Trouver de l’espace. Quelque part. N’importe où mais de l’espace.

Alors j’ai fait un double des clés de la cave.

P1050977

j’ai acheté des portants chez … (*espace à louer*), mis mes tissus dessus.

P1050979

Mais ça ne suffisait pas. Mon salon vomissait des tissus.

P1050985

Mes portants menaçaient de se casser la gueule.

Alors j’ai récupéré des étagères et je les ai mises dans la cave.

P1050982

Et j’ai mis une bâche par dessus pour pas que ça prenne trop la poussière.P1050981

Il me reste même de la place pour ajouter de nouveaux tissus.

Évidemment, je ne descends jamais à la cave : il y fait froid et humide, c’est sombre, les portes font un bruit effroyable. Une cave, quoi.

Bref, j’ai des tissus dans ma cave.

 

 

 

On voit que c’est la fin de l’année !

Louise était quelque peu rétive à l’idée de faire un pantalon : trop compliqué, trop long.

Super-Louise en avait vu quelques-uns dans les Burda et se disait : » un jour, j’aiderai Louise à faire un pantalon. En voilà un nouveau défi ! »

Un jour qu’elle rentrait de loin et qu’elle ne savait pas trop quel nouveau projet apporter en cours de couture, Louise décida de faire un pantalon. Celui du Burda d’avril, de la série des belles italiennes : un pantalon à pont ! Un pantalon qui taille très haut pour qu’elle soit obligée de rentrer le ventre (rien qu’à y penser, son bide ennnnnnnnnfle et ennnnnnnnnfle). Un pantalon noir dans un tissu fluide… mais en laine (Louise sait que l’été sera rude sur la côte normande).

Louise a fait une toile qui n’a servi à rien puisqu’elle ne l’a même pas cousu jusqu’au bout. C’est du Louise tout craché ça ! Et au moment de l’essayage, Super-Louise a bien ri quand Louise lui a dit que c’était un peu serré…

Louise a ajouté deux boutons de pression en haut au milieu parce que sinon, le pont se baissait et laissait voir la fermeture éclair (beuuuuh !)

Super-Louise a réussi sa mission, et Louise est contente du résultat :

On voit que c'est la fin de l'année ! dans Couture Pantalon-noir-Louise-2

Pantalon-noir-r%C3%A9duit dans Couture

Attention les yeux :

Pantalon-noir-Louise

Et surtout : la première poche passepoilée !

Pantalon-noir-r%C3%A9duit-Louise-2-300x225

Quand même ! Louise aura bien progressé cette année ! On lui donne les encouragements ?

Au mariage de Réré et Marjorie – épisode 3

Donc on en était au moment où Super-Louise allait sauver Louise de la noyade meringuée de la robe du mariage. Sauf que, petit détail qui a son importance : Super-Louise est TRÈS sollicitée. TRÈS TRÈS. Il fallait s’y attendre. Et Louise a dû attendre le dernier moment pour faire une nouvelle robe avec l’aide de Super-Louise. Ensemble, elles ont travaillé jusqu’à 23h30 le jour de la veille du mariage, et il y avait encore quelques fils qui dépassaient, mais… c’était mettable. Et voilà le résultat :

Au mariage de Réré et Marjorie - épisode 3  dans Couture P1050571r%C3%A9duit

Pour le bas, Super-Louise lui a dit : « tu coupes deux rectangles de ta hauteur et de plus que ta largeur dans le tissu et dans la doublure (tu peux la faire un peu plus courte); tu les fronceras pour les ajuster à ta taille ».

Ce que Louise a fait, car ce que Super-Louise dit, Louise exécute.

Pour le haut, Super-Louise lui a dit : « tu n’aurais pas un patron de robe à taille empire qui te plairait ? » Alors Louise a cherché un patron de robe à taille empire qui lui plaisait dans son tas de patron, et elle a trouvé un truc.

Pour les coutures et les finitions, Super-Louise lui a dit : « tu ne vas pas t’embêter : tu utilises la lisière pour l’ourlet du bas, du ruban pour le décolleté et de la dentelle pour les emmanchures : ça cachera le surjet. » Là encore, Louise trouvait que Super-Louise avait bien raison de faire comme ça et de ne pas se compliquer la vie. On n’a pas assez de temps pour ça !

P1050575r%C3%A9duit-300x225 dans Couture

Comme c’était pas assez cintré pour Louise, Super-Louise a dit : « bah ! Tu fais une ceinture ! » alors Louise a fait une ceinture.

Et voilà, il était 23h30 de J-1.- (de H-14). Il était temps !

De vuelta!

Me voilà de retour. Me revoilà à ma machine à coudre.

En mon absence, un petit garçon est né. Il s’appelle Camille. Et comme je vois la mère dimanche, j’avais très envie de lui faire un petit cadeau fabriqué chez Louise.

Alors j’ai passé une soirée à regarder tout ce qui pouvait se faire pour un bébé qui ne soit pas une robe et à choisir les tissus, et une longue soirée à coudre, découdre, recoudre…

Je suis assez contente du résultat. Voilà l’intérieur (on dirait que c’est de travers mais c’est un effet d’optique) :

De vuelta! dans Couture P1050103

C’est un tissu offert par ma soeurette, du jersey tout doux qui ressemble à du pilou, plein de couleurs et de formes sympas.

Il y a également deux poches latérales et des motifs floraux bleus turquoises font office de couture.

Voici l’extérieur :

P1050104 dans Couture

C’est un tissu blanc cassé tout soyeux très classe parce qu’une fois fermé, ça donne ça :

P1050105

Et ça, c’est digne d’entrer dans un sac de fille !

D’où ça vient ? Principalement de chez Leefa : http://chezleefa.canalblog.com/archives/2011/06/10/21359929.html

Quand même, ça fait du bien un peu de couture…

Taguée ! (je ne vais pas en faire un roman…)

Avant-propos :
À l’heure qu’il est, cet article a été commencé il y a bien deux semaines. À l’heure qu’il est, la plateforme qui héberge mon blog a décidé que j’écrirais en blanc sur fonds blanc… À l’heure qu’il est, il est J-7 avant mon départ à destination de l’Amérique du sud pour un voyage de six semaines où je ne pense pas avoir beaucoup l’occasion d’écrire quoi que ce soit étant donné la distance qui me séparera de ma machine à coudre (j’emmène, bien sûr, mes aiguilles à tricoter pour le bus, j’ai un défi en route :
Taguée ! (je ne vais pas en faire un roman...) Défi-tricot-1-212x300

Introduction :

Pour la première fois de ma vie de blogueuse, j’ai été taguée. Et figurez-vous que j’ai été taguée par deux personnes, presque au même moment, croyant d’ailleurs au départ qu’il s’agissait d’une seule et même personne et donc d’un seul et même tag.

- Mais Louise, qu’est-ce que c’est, être tagué ? *

- Et bien c’est très simple les filles (vous qui lisez mon article et qui n’êtes pas blogueuses) ! Suivez-moi ! Être taguée, cela veut dire qu’on vous pose 11 questions parce qu’on a envie d’en savoir un peu plus sur ce que vous faites. Et qu’une fois que vous avez répondu, il faut que vous posiez à votre tour 11 questions à 11 personnes.

- Ouhlala ! ça en fait des questions Louise !

- Oui, surtout que je suis taguée deux fois et j’ai donc deux fois plus de questions.

- Alors Louise, quelles étaient ces questions ?

Chapitre 1. Moi moi moi moi moi

Photo-64-300x225

- Et bien voici d’abord les 11 questions de Fabjan, (mais oui ! Fabjan ! Le tuto du filet à provisions !) et les réponses qui vont avec :

1. Si tu étais une fleur, tu serais ?
Un coquelicot, parce que ce rouge-là me va à ravir.

2. Si tu étais un parfum, une odeur, tu serais ?

L’odeur de la barbe-à-papa, parce que tout le monde la connaît et que tout le monde aime ça (je ne dis pas que tout le monde me connaît ni que tout le monde m’aime, mais quitte à se réincarner en une odeur, autant qu’elle fasse envie)

3. Si tu étais un animal, tu serais ?
Un lionceau (oui, un lionceau, pas un lion, je ne grandirais pas), parce que je pourrais chanter « c’est moi Simba, c’est moi le roi du royaume animal » et que Zazu me répondrait « c’est la première fois qu’on voit un roi avec si peu de pouaaaal » (Ayééééé, vous l’avez dans la tête pour la journéééééée).

4. Plutôt ville ou campagne ?
Plutôt vivre en ville pour savoir reconnaître le bonheur que c’est d’être à la campagne quand j’y retourne.

5. Ta couleur préférée ?
Le bleu-vert entre turquoise et émeraude (si si, ça existe, j’ai un tee-shirt de cette couleur).

6. Tes musiques préférées, ou chanteur(se) préférée

Alors là… il ne faut pas me lancer… Pour être brève, j’ai un « board » sur Pinterest qui s’appelle « mes fenêtres à fermer » : http://pinterest.com/chezlouise/mes-fenetres-a-fermer/ ce sont des chansons que j’ai croisées, au détour d’un lien, comme ça, et que je n’avais pas envie d’oublier. C’est un peu latino-américano centré mais ça n’a pas toujours été le cas.

7. Tes films préférés
Les comédies romantiques américaines des années 30 à 50, celles où on ne voit jamais les mariés dans une même chambre, à moins que la chambre n’ait deux lits séparés, avec une mention spéciale pour la Huitième femme de Barbe-bleue de  Lubitsch, les pétillants films de Cukor (Madame porte la culotte) et, côté français, La Règle du jeu de Renoir.

8. Tes livres préférés ou le dernier que tu as vraiment dévoré
J’aime beaucoup lire Zweig et Kundera. Le dernier que j’ai lu de lui et qui m’a marqué : L’insoutenable légèreté de l’être. Beaucoup de lectures outre-atlantiques également : Borgés, Sepulveda, Isabel Allende, Puig (Oh oui ! Puig !) et Vargas Llosa. Et évidemment, des histoires de la mode, du costume, des matières…

9. Pour tes créas, quelle est la matière que tu préfères travailler ?
Je manque d’expérience pour avoir exploré toutes les matières et en avoir une que je préfère. Mais moins elles glissent, mieux c’est.

10. Quel est le voyage de tes rêves ?
Le voyage de mes rêves, celui que vraiment je rêverais de faire mais que je ne ferai certainement jamais, c’est celui qu’a fait Catherine Legrand dans les petits villages d’Asie à la recherche des traditions textiles (vêtements, techniques de couture, de teinture…).

11. Quel est le projet que tu as envie de réaliser ?
Il y en a tellement…

Chapitre 2. Moi moi moi moi moi encore

Photo-85-300x225

Et voici celles de Laudette :

1 – Quelle est ta chanson préférée, celle qui te fait le truc à tous les coups ?

ça rejoint un peu la question 6 du questionnaire précédent mais, étant donnée la nuance, je dirais, en ce moment, Chaque jour de plus de Fugain (http://www.youtube.com/watch?v=FpAFh9RfFq4&feature=related). Rassurez-vous, tout va bien.

2 – sucrée ou salée ?
Salée – le sucré me donne des aphtes.

3 – ton premier grand amour s’appelait ? avait quel âge ?
À mon avis, grande amoureuse que je suis, j’ai dû tomber amoureuse de mon voisin de maternité…

4 – quel est ton jour de la semaine préféré ? Pourquoi ?
Le samedi – c’est banal -, parce que je commence la journée par un cours de couture et que je peux continuer l’après-midi chez moi, et qu’il reste encore le dimanche pour terminer ce que j’ai commencé.

5 - tu as commencé à coudre, tricoter, crocheter,… à quel âge et avec qui ?
À tricoter avec ma grand-mère, vers 7-10 ans j’imagine.
À crocheter avec ma mère, vers 11-14 ans, en vacances, la tête dans les catalogues Phildar.
À coudre, seule, à 24 ans, parce que j’ai hérité de la machine à coudre de ma grand-mère et que je venais de vivre quelques semaines avec une couturière et que ses après-midis à la machine et ses soirées crochet me faisaient rêver.

6 – chien ou chat ?
Chat. ça fait plus lion.

7 – ton plus ancien souvenir ?
Ma soeur et mon frère, une maison de vacances en Bretagne. Les parents à l’intérieur en train de faire un grand ménage alors on reste dehors pour ne pas les déranger, mais on s’ennuie. Ma soeur, 8 ans à tout casser, propose : «et si on se racontait notre enfance ?». Pouffage général.

8 – la personne qui t’a le plus influencée (quel que soit le domaine) ?

Celui à qui je ne tricote pas de cravates parce qu’il en a déjà trop comme ça, et à qui je ne devrais pas coudre un gilet parce qu’il en a trop comme ça. Celui qui me rouspète de ramener des coupons parce qu’il y en a déjà trop ici mais qui revient parfois les bras chargés de tissus comme s’il avait oublié qu’il y en avait trop ici. Celui qui ne lit pas ces lignes parce qu’il y aurait peur d’y trouver des fautes (et parce que ça prendrait trop de temps…).

9 – ton rêve d’avenir ? On se fout du réalisme…

Avoir une grande pièce dans mon appartement qui serait entièrement mienne, avec un mur plein d’étagères sur lesquelles il y aurait plein de tissus, un mur pour la laine, un demi-mur pour les fils et canettes assorties, un demi-mur pour les accessoires, une immeeeeense table en bois avec plein de rangement à l’intérieur, une machine à café, une bouilloire, une grande boîte de thé, un canapé bien confortable, un chat qui fait ronron dessus (mais il reste dessus, il ne vient pas m’embêter), une chaîne hi-fi.
Sur le mur qui reste, un vidéo-projecteur branché à mon ordinateur, ouvert à la fenêtre « Pinterest » qui défilerait en permanence pour me montrer des choses plus jolies les unes que les autres (et si je pointe mon index vers une photo, ça fait une pause, un zoom sur la photo en question, etc.)

10 – ton achat le plus débile ?

Ce fichu satin rose trop épais. Gniiiii. Bientôt des images.

11 – la couleur de ton pyjama (ou de ta nuisette) pour ce soir ?

Bleue foncée (jamais trouvé en bleu-vert entre turquoise et émeraude)

Et alors là, normalement, je devrais trouver 11 personnes à taguer pour leur demander de ce prêter au même jeu. Mais (il y a un mais) si je m’y plie, cet article ne sera jamais publié puisqu’il faut trouver 11 personnes qui n’ont jamais été tagueé,et ça commence à devenir difficile. Pour autant, si certaines d’entre ceux et celles qui me liront souhaitent répondre à ces 11 modestes questions, ce sera avec plaisir que je constituerai une liste…

Chapitre 3. Attention, ceci-n’est pas un blind-test.

La-porte-225x300

1. Un jour j’irai à New-York avec ?
2. Tiens ! Tout a changé ce matin ! Je n’y comprends rien ! C’est ?
3. Le lundi au soleil, c’est ?
4. J’ai touché l’fonds d’la piscine dans ?
5. Quand il me prend dans ses bras, qu’il me parle tout bas, je vois ?
6. Elle a éteint la lumière et puis ?
7. C’est toi que je ?
8. Et si tu n’existais pas, dis-moi ?
9. Il me dit que je suis ?
10. Chuis qu’un fantôme quand ?
11. Tout doucement, envie de ?**

* Le matin, j’écoute Nicolas Canteloup sur Europe 1
**sure que vous êtes contents de ne pas avoir été tagués

P.S. : Les photos sont à moi moi moi moi moi (qui connaît Raul Paz ?)

123


Les Joyeux Gaulois de Gisors |
chloete27 |
Centre les Mouettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fousdemanga
| rosy
| cinemodeles-créations